Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rio Overground, un blog photographique d'Alain Le Bacquer

Photojournalist, member of agency Picturetank, nomine Price HSBC 2007, publishing a book Pekin Underground, and a webdocumentary, Bourse Dailymotion 2011

10 Feb

bus 127 Copacabana- Rodoviara

Publié par Alain Le Bacquer  - Catégories :  #Rio

Tous les jours ou presque, je fais le trajet en bus d'ou j'habite à la
Cidade de Samba ou je pars faire des photos dans le baraçaon de Grande Rio.
Chaque fois je fais ce trajet aller puis retour en bus, tout simple sans climatisation.
Ca secoue parfois un peu, car ici les chauffeurs de bus conduisent un peu vite, mais
J'aime ce trajet qui dure parfois quarante minutes suivant la circulation. De la fenêtre
de mon bus je vois les rues de Rio. Partout sur les trottoirs les cariocas s'agitent, les petits vendeurs ambulants déambulent.... un vrai plaisir des yeux que je m'autorise cependant pas à photographier. Dans les transports il faut faire attention, l'appareil photo peut être l'objet de convoitise ( un Photographe s'est ainsi fait voler son boitier à Rio seulement après deux jours. Les photographes du journal Globo m'ont même conseillé le taxi pour la sécurité de mon matériel).Le 127, relie Copacabana à la gare routière de la Rodoviara, et sur ce trajet on découvre les différents aspects de la ville.Nous traversons d'abord une avenue parallèle a la plage, quelques tunnels, Botafogo, puis le Centro et ses larges avenues avant de s'enfoncer dans le vieux quartier de la praça de Maua ( place des esclaves ) ou l'on se croirait a la Havane....
Puis l'on rejoint le quartier des Docks ou je descend. Dans le bus, il y a souvent de l'animation et bien que je ne comprenne pas encore tout ce qu'il se dit,  il y a quelques drôles de personnages.

 

Ainsi ce nordestin qui rejoint la Rodoviara, chargé avec un énorme sac en toile et qui s'obstine
à vouloir faire la conversation avec tout le bus. Comme dans tous les grandes mégapoles, ici aussi
les gens sont plutôt méfiants, surtout que notre homme a une attitude toute particulière. Il jure, il apostrophe,
les regards se détournent. Il faut dire que le bougre a plutôt la peau foncée et le pantalon plus qu'élimé. On ne 
sait jamais il faut se méfier! doivent penser les gens du bus.
Soudain une mama des favelas monte, et s'installe a coté de lui, la seule place vacante. La conversation s'engage
 la vieille femme parle avec notre homme, acquiesçant parfois... le bus respire!
 
Commenter cet article

À propos

Photojournalist, member of agency Picturetank, nomine Price HSBC 2007, publishing a book Pekin Underground, and a webdocumentary, Bourse Dailymotion 2011