Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rio Overground, un blog photographique d'Alain Le Bacquer

Photojournalist, member of agency Picturetank, nomine Price HSBC 2007, publishing a book Pekin Underground, and a webdocumentary, Bourse Dailymotion 2011

05 Feb

Lula a Santa Marta

Publié par Alain Le Bacquer  - Catégories :  #Rio


 

Photos Copyright: Alain Le Bacquer

Aujourd’hui c’est un grand jour pour les habitants de la favela de Santa Marta, Lula vient leur rendre visite pour l’inauguration d’une crèche.

N’ayant pas d’accréditation officielle, j’ai pris contact avec une famille de la favela pour être accueilli avant que celle-ci soit bouclée pour raison de sécurité.J’ai rendez vous le matin très tôt, pour que quelqu’un m’accompagne dans la favela. A 7 heures, nous montons à flanc de colline un escalier en pleine forêt. Au-dessus de nos têtes des macaques s’agitent dans les arbres. Une demi-heure plus tard nous atteignons le sommet qui donne sur les hauteurs

De Santa Marta..... D’ici on peut voir les maisons en contrebas, le Corcovado au-dessus, et le pain de sucre en face. Une vue imprenable sur Rio. C’et là que c’est installé  un poste de police militaire pour surveiller la zone. Une nouvelle tactique, qui fait partie d’un programme plus vaste pour changer l’ordre des choses dans les favelas de Rio.

Le président Lula qui a initié ce projet pilote a donc décidé de venir voir l’avancée des travaux. Outre le poste de police fraîchement peint en bleu, de multiples chantiers sont en construction dans la favela. Deux crèches, la réfection d’un quartier, un terrain de football flambant neuf, et un funiculaire qui relie différents étages de ce quartier.

Dès 10 heures, l’agitation se fait sentir, les habitants guettent sur le toit des maisons, des bataillons de police militaire occupent le terrain et des tireurs d’élite se sont installés au-dessus du toit d’une église pentecôtiste.

Avec Gilberto, je parcours les ruelles en contrebas pour faire quelques photos.
 

À midi toujours pas de président à l’horizon…

La chaleur se fait plus intense. Le balai des administratifs commence responsable de la police, directeur de la préfecture, contremaîtres… Ce petit monde s’agite pour vérifier les derniers détails. Ici on installe à la hâte des pancartes indiquant les projets en cours. Un bataillon de balayeurs habillés de leurs costumes orange (si typique de Rio) sillonnent les ruelles pour un dernier nettoyage.

Enfin vers 14h, tout en bas, on entend les sirènes officielles et une escorte de voitures noires apparaît.

D’où nous sommes nous ne voyons pas les détails. J’ai choisi d’être en haut car je pense que Lula va monter faire un tour.

L’attente se fait longue, en bas, on entend les discours. En haut, le chantier de la crèche se prépare, on a mis des panneaux explicatifs et les ouvriers sont en rangs pour la revue.

Mais toujours pas de président Lula. Après une trentaine de minutes, nous décidons avec mon assistant de descendre voir ce qu’il se passe. Là nous apprenons que Lula ne montera pas voir le chantier. Il est juste venu dans une salle associative attenante faire un discours auprès de la communauté. A côté de lui il y a Sergio Cabral, gouverneur de Rio et Eduardo Paez le maire de la ville. Tous deux ont décidé d’employer les grands moyens pour rendre leur ville plus sure. Une politique proche de celle du maire de New York.

Lula quant a lui prône un programme positif par l’éducation et la participation des «  mères de la paix »

Il est venue justement aujourd’hui prêcher la bonne parole auprès des habitants et surtout des jeunes de la favela. Il s’approche d’un jeune et lui explique les vertus des études pour obtenir un avenir meilleur. La presse les caméras, tout le monde enregistre la bonne image ! Moi je suis trop loin, pas de possibilités de passer les barrières.

Puis les choses vont très vite, après le discours, la sécurité s’agite, la horde de journalistes s’entasse derrière les barrières. Lula sort de la salle, se tourne vers les camera, répond à quelques questions. Derrière une bâche tendue, les gens de la favela guette le président, ils ne verront pas grand-chose. Seuls les responsables d’associations et les encartés des partis politiques locaux ont obtenu une invitation. Lula salue une dernière fois la foule, puis monte dans sa voiture.

De la favela, il n’aura vu que peu de chose. Dans le funiculaire qui remonte, les visages sont graves. La situation de cette communauté reste sensible.
ici les choses avancent a petit pas, mais on garde l'espoir. Bientôt les enfants iront dans une crêche toute neuve et Lula a promis plus d'éducation pour ces enfants des favelas de Rio !








Textes et Photos: Alain Le Bacquer(tous droits réservés)

Commenter cet article

À propos

Photojournalist, member of agency Picturetank, nomine Price HSBC 2007, publishing a book Pekin Underground, and a webdocumentary, Bourse Dailymotion 2011